En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Le bilan de ce nouvel acte est pour le moins contrasté… D’un côté, un démarrage en demi-teinte avec de fortes disparités régionales et de l’autre, une réussite saluée par Thomas Fatome, Directeur Général de l’Assurance Maladie… Que faut-il en penser ? Décryptage par le Sniil.

Chaque semaine, une réunion est organisée entre la CNAM et les syndicats infirmiers représentatifs. A ces occasions, l’Assurance Maladie dresse un bilan de la VDSI : beaucoup de visites ne trouvent pas de preneurs parmi les Idels. Dans les régions en difficultés, à peine 50% des visites trouvent des réponses.

Face à cette situation, la CNAM a envisagé de solliciter des centres de soins infirmiers, voire des SSIAD… Le Sniil n’y est pas du tout favorable. D’autant que le bilan est très positif pour certaines régions. Il est donc important de réaliser une étude région par région, et au sein même des régions de réaliser une étude fine des territoires.

Dans le JDD du 28 février, le Directeur Général de l’Assurance Maladie parle même d’une « réussite » et de « consultation infirmière ».

En quelques semaines seulement, la profession infirmière a réussi en effet à s’engager dans ce nouvel acte, en pleine campagne de vaccination anti-Covid notamment. Selon Catherine Kirnidis, Présidente du Sniil, « il est important que la profession s’y engage. Il faut faire aussi bouger les lignes du métier ».

 

Pour en savoir plus, consulter la fiche La visite à domicile de l'Idel