En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Le Ministère a décidé cette semaine de donner un coup d’accélérateur à la campagne de vaccination anti-Covid-19. Et parfois en dépit du bon sens… Les médecins généralistes en font aussi les frais. Retours sur les ordres et contre-ordres du Ministère.

Dans un communiqué de presse daté du 8 mars, la Fédération Nationale des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé dénonce parfaitement les décisions à l’emporte-pièce de l’Etat en matière de stratégie vaccinale : « Il est donc intolérable d’apprendre le dimanche 7 mars à 22h, par un « DGS URGENT » l’annulation des commandes de vaccins à faire avant le mercredi 10 mars. Les professionnels qui vaccinent déjà, médecins, infirmiers, avec l’aide logistique des pharmaciens, ont organisé des rendez-vous qu’il faut honorer. Les centres de proximité ont plusieurs centaines de rendez- vous prévus dans les 15 jours à venir : comment allons-nous faire ? »
Et plus loin, la FCPTS ajoute « Nous sommes ulcérés par cette gestion chaotique : le samedi on accélère, et le dimanche soir on freine violemment ».

Dans un communiqué de presse du même jour, la colère est aussi de mise pour MG France qui demande la démission de Jérôme Salomon, Directeur Générale de la santé.

Ainsi, le Ministère a déshabillé Paul (les médecins généralistes) pour habiller Jacques (les pharmaciens). Les IDEL ne sont donc pas les seuls à pâtir de l’incohérence des prises de décision de l’Etat en matière de vaccination contre la Covid-19…