En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Ce 21 octobre 2020, le Sniil a été reçu à Matignon par la conseillère santé de Jean Castex. Plusieurs questions essentielles ont été abordées… dont certaines ont déjà été réglées depuis. Comme quoi, l’écoute au plus haut niveau de l’Etat peut, parfois, être attentive...

Vue la situation du pays, la crise Covid-19 a, évidemment, été le premier point évoqué. Catherine Kirnidis, Présidente Nationale du Sniil, et John Pinte, Vice-Président National, ont déroulé l’ensemble des revendications des Idels parmi lesquelles le manque d’organisation et d’anticipation, le problème des EPI, mais aussi trois autres aspects qui ont, depuis, été réglés : les tests antigéniques (cf. info ici), la question de l’exercice forain et le besoin urgent de prolongation des dérogations mises en place pour les Idels lors de la 1ère vague (cf. info ici).

La deuxième partie de l’entretien fut consacrée au problème des centres ADN Santé et, plus généralement de la concurrence déloyale des centres de santé infirmiers qui n’étaient pas soumis aux mesures de régulation démographiques. Là aussi, Matignon a fortement appuyé la démarche du Sniil (cf. info ici).

Le Sniil est ensuite revenu sur la volonté affichée du gouvernement d’une prise en charge de qualité des personnes âgées dépendantes. Le Sniil a alors proposé deux solutions fortes : continuer de soutenir le BSI, et pérenniser la facturation directe des actes de soins infirmiers des patients de SSIAD directement aux caisses de rattachement de ces derniers. La question des HAD a clos l’entretien.