En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Avec la 2é vague Covid et le retour du confinement, les instances ont pris de nouvelles mesures. Elles ont été annoncées lors de deux conférences organisées par le Ministère de la Santé : le 27 octobre pour l’ensemble des représentants de la santé de ville, de l’hôpital et du médico-social, et le 29 octobre pour les seuls professionnels de santé de ville…

Et c’est ainsi qu’il a été confirmé que :

  • les centres Covid en ambulatoire seront réactivés partout sur le territoire
  • les mesures dérogatoires mises en place pendant la 1ère vague de la pandémie pour les Idels (voir fiches pratiques ici), hormis celles qui concernent les SSIAD, ont été automatiquement reconduites par le décret relatif à l’état d’urgence sanitaire du 14 octobre 2020. Elles le seront de nouveau dans le projet de loi qui permettra la prolongation de cet état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février 2021

  • la notion d’exercice forain infirmier a été temporairement amendée : cette disposition du Code de Déontologie, qui interdit aux Idels d’exercer dans un autre lieu que leur cabinet ou le domicile des patients, posait problème pour les actions de dépistage de masse en laboratoires ou dans les drives

  • la carte professionnelle émanant de l’Ordre Infirmier suffit à tout déplacement d’ordre professionnel, vers le cabinet ou lors des tournées.

 Pour les EPI :

  • aucun encadrement des prix, notamment des gants, ne sera réalisé. Interpellé par le Sniil, Olivier Véran a justifié cette décision en expliquant qu’un encadrement des prix risquait d’engendrer un boycott de la France de la part d’industriels qui n’auront aucun problème à écouler leur production ailleurs

  • la distribution gratuite de masques issus du stock d’Etat en pharmacie s’achève. Toutefois, elle pourrait reprendre, dixit la Direction Générale de la Santé, « en cas de crise ou de forte tension d’approvisionnement». De même, « en cas de tension sur un autre équipement, disponible dans le stock national, la mise en œuvre d’une distribution gratuite pourra être envisagée par le même biais des pharmacies d’officine ».