En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

ADHÉSION :


Abstention. En France, quand il y a des élections, c’est toujours le record de l’abstention ! Pour notre dernier scrutin professionnel, celui de l’Ordre, ce fut réellement le cas : 86%. Ce qui aujourd’hui, provoque un vrai tapage. Car que l’on vote ou non, les élections, ou plutôt leurs résultats, ont toujours de l’importance. Traçant directement le chemin des prochaines années.

2010 est donc bien, à ce titre, décisive pour les infirmières libérales : car par deux fois, elles devront exprimer leur choix. En matière de retraite, tout d’abord, avec les élections à la Carpimko le 23 juin. Puis, à l’automne, en ce qui concerne l’avenir de leur profession lors des élections aux URPS.

Le Sniil sera, bien sûr, présent lors de ces deux scrutins. Avec, toutefois, une stratégie différente pour chacun d’eux. Ainsi, conscient de la convergence des idées des quatre syndicats infirmiers libéraux sur la question des retraites, le Sniil avait proposé la constitution d’une liste commune pour les élections à la Carpimko. Estimant que les egos devaient passer APRES l’intérêt des infirmières libérales. Hélas ! Par aveuglement et calcul politique de deux d’entre eux, cette liste intersyndicale à 4 ne verra pas le jour. Mais sera limitée à 2.

Pour les URPS, par contre, et conformément à la Loi, le Sniil s’alignera seul. Fidèle à lui-même : autrement dit, sans écrire ou dire semaine après semaine comme autant de menaces, les mots « déprofessionnalisante »1, « transfert d’actes de soins à des personnes moins qualifiées »2, « fin programmée »3, « faillite »4, « mise en danger »5, « attaque sans précédent de notre profession »6… Bref, ce n’est pas au Sniil que l’on jouera sur ce sentiment d’insécurité qui revient à chaque élection, et sur lequel on compte pour engranger les voix de celles et ceux qui ont peur. Et ce n’est pas au Sniil que l’on bloquera tout ce qui pourrait faire avancer la profession. Non. Au Sniil, on continuera de voir plus loin. Et de porter des projets pour que les infirmières libérales ne soient plus de simples « faiseuses d’acte » : mais des professionnelles de premier recours reconnues, capables de travailler en coopération avec d’autres professionnels de santé tout en restant libérales.

En résumé, au Sniil, on ne se contente pas d’affirmer quel’on a « une ligne syndicale cohérente et courageuse »7. On l’a. Car du courage, il n’en faut pas pour jouer sur la peur. Par contre, pour aller de l’avant, oui...

(1) Cf. communiqué de presse Fni du 23 mars 2010.

(2) Cf. édito Avenir & Santé/Fni du
8 février 2010.

(3) Cf. communiqué de presse Fni du 15 octobre 2009.

(4) Cf. communiqué
de presse Fni du 12 mai 2009.

(5) Cf. communiqué de presse Fni du 21 février 2009.

(6) Cf. communiqué de presse Fni du 6 juin 2008

(7) Cf. comm. presse Fni du 4 décembre 2009

APEI

Bulletin d'inscription au Sniil

Découvrez l'INFCI: Institut National de Formation Continue des Infirmières