En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

ADHÉSION :

Mai 2009, édito d'Avenir & Santé, journal de la Fni : « la Présidente du Sniil n'a d'autre alternative pour masquer son inertie que de ressasser ses vieilles rancoeurs1». Le verbe est haut et fort. Remarquez qu'un mois avant, en avril 2009, ce n'était pas mal non plus : autreédito… mais même réflexe avec retour sur le fait qu'en juillet2007, «la Présidente du Sniil était absente des négociations2».Une allusion à une et une seule séance de négos qui n'était d'ailleurs pas nouvelle… puisque déjà parue dans uncommuniqué de presse d'août 20083.

Comme d'habitude, me voici donc encore citée très abondamment dans les écrits de la Fni. On y attaque pas leSniil, non… mais sa Présidente. Voire Annick Touba elle-même en personne. Etonnant, non ? Et charmant, n'est-ce-pas ? Mais de quel droit me viser personnellement ? Et pourquoi s'immiscer ainsi dans ma vie privée ?

La réponse est double : d'abord, je suis une femme. Un état qui semble donner la permission de toucher directement à la personne : Simone Veil, Edith Cresson, Nicole Notat, Dominique Voinet et d'autres en ont fait les frais. Mais si ces diatribes contre moi existent, c'est aussi et surtout, parce que la Fni n'a rien d'autre à dire. Car, au final, que propose ce syndicat ? Rien. Sauf d'avoir peur de tout : de l'intégrationde missions dans le décret de compétences des infirmières ; de la réforme des études ; d'une proposition de loi sur les aides-soignantes libérales, qui, au final, ne verra pas le jour ; sans oublier des maisons de santé qui, selon eux, ne seront qu'un moyen de salarier des infirmières, idée qu'évidemment, d'après la Fni, je cautionnerai personnellement…

Problème : que faire face à la bassesse de ces attaques ? Je ne sais pas. Car au Sniil, on a une toute autre idée du syndicalisme : seules comptent pour nous les idées. Et les lignes politiques proposées. Nous pouvons, alors, tout aussi bien travailler en intersyndicale ou dire non à la Fni… Mais jamais, ô grand jamais, nous n'attaquons le Président Fédéral de cette organisation. La ligne politique, oui ; l'homme, non.

Ne me reste donc plus qu'à espérer que le débat dans la vie syndicale infirmière libérale prenne un peu plus de hauteur. Mais aussi qu'enfin la Fni ne soit plus allergique au progrès…

(1) édito Avenir & Santé « De la parole aux actes ! » - mai 2009

(2) édito Avenir & Santé « Revalorisations tarifaires : ne boudons pas notre plaisir ! » - avril 2009

(3) «L'absence de la Présidente du Sniil à la table d'une séance de négociationsannoncée comme conclusive… » in « Revalorisations tarifaires : la Fni choisitla voie de la négociation » - 12 août 2008

APEI

Bulletin d'inscription au Sniil

Découvrez l'INFCI: Institut National de Formation Continue des Infirmières