En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

ADHÉSION :

Paris, 7 novembre 2014.- Les premiers accords conventionnels pluriprofessionnels que sont l’ACIP et l’ACI ne seront pas signés, comme il était pourtant prévu, aujourd’hui.

 

Premier syndicat infirmier libéral de France, le Sniil constate donc l’échec des négociations qui se sont déroulées depuis huit mois. Et le regrette amèrement puisque les premières victimes de ce naufrage sont les infirmières et infirmiers libéraux : eux qui demeurent les seuls professionnels de santé à travailler quotidiennement auprès des personnes nécessitant, justement, une coordination pluripro (patients âgés dépendants, malades chroniques et sorties d’hospitalisation).

 

Déplorant cette occasion ratée pour les infirmières libérales, le Sniil s’inquiète également des conséquences que pourrait engendrer ce fiasco. Car même s’il est vrai que les montants des forfaits annoncés par l’Assurance Maladie et les pouvoirs publics n’étaient pas suffisants, force est de constater qu’ils permettaient, quand même, aux libéraux de santé de garder la main sur leur propre coordination. Un droit et une compétence aujourd’hui perdus : réservés aux seuls maisons et pôles de santé ; et, pire même, qui pourrait être donnés aux Agences Régionales de Santé comme il est potentiellement prévu dans le projet de loi Santé.

 

En agissant de la sorte, les organisations syndicales de libéraux de santé qui ont voté contre ces accords viennent donc de se tirer elles-mêmes une balle dans le pied. Et de se doter, par la même occasion, d’une image peu flatteuse : celle de conservateurs incapables de décider de leur propre avenir.

 

 

APEI

Découvrez l'INFCI: Institut National de Formation Continue des Infirmières