En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

Tous les communiqués de presse...

COMMUNIQUE DE PRESSE

Résultats des élections des Unions Régionales des Professionnels de Santé libéraux (URPS)
Les premières élections des unions régionales des professionnels de santé (URPS) ont eu lieu le 16 décembre dernier par vote par correspondance.

Le taux de participation a été le suivant :

· Chirurgiens-dentistes : 45,57 %
· Infirmiers : 24,05 %
· Masseurs-kinésithérapeutes : 28,18 %
· Pharmaciens : 61,47 %.

Détenant 122 sièges sur les 336 que comptent au total l'ensemble des URPS de France, le Sniil est d'ores et déjà assuré de sa victoire dans 11 régions sur 26 (Aquitaine, Centre, Corse, Lorraine, Midi-Pyrénées, Haute-Normandie, Pays de Loire, Rhône-Alpes, Ile de France, Martinique, Guyane), avec même la majorité absolue dans 4 d'entre elles (Lorraine, Midi-Pyrénées, Pays de Loire et Martinique).

Reste que les résultats de cette première élection aux URPS sont aussi importants au niveau national, donnant, enfin !, l'occasion de déterminer réellement l'importance de chacun des quatre syndicats en lice. Pour ce faire, une observation très attentive du nombre total de voix obtenues au niveau national par chacun d'eux sera nécessaire.

Déjà certain de passer la barre des 30% de suffrages exprimés au niveau national, permettant de pouvoir négocier et signer la prochaine Convention Nationale, le Sniil semble être, sur ce point, en tendance très favorable. Fidèle, toutefois, à sa ligne de conduite et à son éthique, le Sniil attendra les résultats définitifs communiqués par les ARS et le Ministère de la Santé, faisant seuls force de loi.

Depuis ce matin, le dépouillement des élections URPS Infirmiers se déroulent dans toutes les Agences Régionales de Santé. Toutes ? Non. Puisque le dépouillement en région Basse-Normandie se déroulera le 23 décembre en raison de condition météo très défavorables qui empêchent l'acheminement correct des enveloppes-retours. Tandis qu'en Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées, le dépouillement se terminera demain, 22 décembre, toujours en raison d'un acheminement cahotique des enveloppes-retour. À l'heure actuelle (21h le 21 décembre), seuls les résultats de 13 régions sont donc connus.

1. Le Sniil est le seul syndicat à ne jamais avoir dévalorisé l'exercice infirmier libéral. A l'inverse, l'Onsil a crée la lettre clef AIS, beaucoup moins rémunérée que l'AMI ; Convergence Infirmière a signé l'avenant n°7, majorant les cotisations Urssaf lors des interventions en SSIAD, HAD ou centres de dialyses (9,80% contre 0,10%) ; tandis que la Fni a inventé des moyens de coercition contre les Idels tels les quotas ou encore les Temps Minimum Requis (TMR) qui restent toujours la base des contrôles de sécu envers les infirmières...

1. Le Sniil est le seul syndicat infirmier libéral à avoir pris en compte VOTRE situation dans VOTRE propre région. Pour connaître le programme qui VOUS concerne, cliquez sur VOTRE région sur la carte interactive jointe...

2. Le Sniil est le seul syndicat infirmier libéral présent sur toutes les régions. Et sans avoir eu besoin de faire des alliances avec d'autres pour monter ses listes (représentant CPD de l'Onsil présent, par exemple, en 5é position sur la liste Fni en PACA). Pour connaître l'ensemble des listes Sniil, cliquez sur la carte interactive jointe...

 Paris, le 9 décembre 2010. - La réalisation de prélèvements sanguins bientôt interdite au sein des cabinets d’infirmières et infirmiers libéraux ? La situation paraît incroyable… mais elle est pourtant d’actualité. En cause : un décret en Conseil d’Etat qui s’apprête à sortir et qui, comme le prévoit l’Ordonnance du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale, fixe la liste des lieux autorisés pour les prélèvements sanguins[1].

carte-urpsPlans d’économies à répétition pour la Sécu ; HAD et SSIAD qui en veulent toujours plus…

L'avenir des infirmières et infirmiers libéraux est incertain. Sauf s’ils s’adaptent et profitent des occasions offertes pour faire évoluer leur profession.

Conscient de cette situation, le Sniil ne cesse de travailler, jour après jour, pour construire l’avenir.

Son programme pour les élections aux Unions Régionales des Professions de Santé est dans la droite ligne de ce combat : riche de propositions pour que, demain, l’exercice libéral infirmier continue d’exister.

(cliquer sur la carte pour voir les programmes de chaque région)

Télécharger le programme national des URPS

Paris, le 2 décembre 2010. -  Diabétiques, soins palliatifs, maintien à domicile des personnes âgées dépendantes… Pas de répit pendant la vague de froid qui touche actuellement plus de 30 départements français pour les infirmières et infirmiers libéraux ! Car ces derniers restent, toujours, selon la Loi, les seuls professionnels de santé soumis à une obligation de continuité des soins 24h/24h et 7j/7j…

Paris, le 19 octobre 2010. - Val de Marne, Drôme, Loire-Atlantique, Vaucluse, Indre-et-Loire… Dans au moins 17 départements de France[1], l’accès aux soins des patients suivis à domicile ne pourra bientôt plus être assuré. Seuls professionnels de santé soumis à une obligation de continuité des soins 24h/24h, les infirmières et infirmiers libéraux de ces différents départements se trouvent, en effet, confrontés à de graves problèmes d’approvisionnement en essence et gasoil. Ce qui les oblige à réduire, voire supprimer, leurs déplacements et, donc, leurs visites aux patients.

Cette situation, intolérable, l’est d’autant plus que depuis plusieurs jours, les sections départementales concernées du Sniil (Syndicat National des infirmières et Infirmiers Libéraux) alertent les Préfectures. Qui, toutes, déclarent attendre le feu vert du gouvernement pour déclencher le « plan hydro-carbure » permettant la mise en place d’un accès prioritaire aux stations-essences pour certaines professions.

Devant le risque sanitaire général que représenterait l’impossibilité pour les infirmières et infirmiers libéraux de pouvoir continuer à assurer leur métier, le Sniil demande donc instamment et solennellement aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures nécessaires pour remédier à cette situation.


[1] Accès aux carburants très difficiles voire impossibles constatés par les infirmières et infirmiers libéraux de : Paris, Besançon, et des départements du Val de Marne, Drôme, Loire-Atlantique, Seine-Maritime, Vendée, Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Haute-Marne (secteur Sud), Hérault, Yonne, Ile-et-Vilaine, Ardèche, Moselle, Indre-et-Loire, Morbihan.

Paris, 1er décembre 2010.- Initialement mandatée pour réfléchir au devenir de la seule « médecine de proximité », la mission menée par Mme Elisabeth Hubert a, dans son rapport, fait preuve d’une réelle ouverture envers les autres professions de santé, médicales ou paramédicales : osant sortir du concept du « tout-médecin » pour s’intéresser, au final, à l’ensemble de ce que devrait être l’organisation de « l’offre de santé de proximité ».