En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

 

Paris, 20 juillet. Le 15 juillet s’est tenue une séance de négociations sur le BSI[1] pendant laquelle la Cnam est restée bloquée sur une vision purement comptable. Quitte à dévaloriser certains actes de la profession, la Cnam n’a proposé que des mesures dont l’objectif est de réduire le coût des soins infirmiers.

Le Sniil ne peut se satisfaire de cette perspective et défend la place primordiale des infirmières et infirmiers libéraux dans la dépendance, répondant aux besoins croissants de la population.

Lors de ces négociations, le Sniil a réitéré plusieurs demandes dont la rémunération équivalant au minimum à 4 AIS 3 pour le forfait lourd afin de valoriser les compétences de la profession à hauteur de la prise en charge des patients les plus dépendants.

Les infirmières et infirmiers libéraux jouent un rôle essentiel dans le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes, les soins qu’ils leur prodiguent ne relèvent pas du confort, mais sont bien des soins indispensables à la prise en charge globale.

Au regard du positionnement purement financier de la Cnam, le Sniil préfère ne pas donner suite aux négociations du BSI, plutôt qu’accepter des mesures nivelant vers le bas la prise en charge des patients les plus vulnérables, et les compétences de la profession d’infirmière libérale.

Le Sniil reste convaincu que le BSI constitue un outil indispensable d’évaluation de la dépendance reconnaissant les compétences des infirmiers libéraux et permettant une prise en charge optimale. Seule une application des critères initiaux, négociés et signés avec les organisations, est acceptable pour évaluer l’éligibilité du patient vers le forfait de prise en charge adéquate.

Fidèle à son engagement envers les infirmières et infirmiers libéraux, le Sniil ne lâchera rien sur la question du BSI et ne contribuera pas à une prise en charge au rabais des personnes âgées dépendantes.

 

Contact presse

John Pinte, Président National Sniil (06.70.79.56.96)

 


[1] - Enveloppe du BSI initialement prévue à 26,9 millions d’euros pour un coût réel de 103 millions d’euros en 2020. Source : Cnam.
- « BSI - Assurance Maladie : découvrirait-on, enfin !, le rôle essentiel des infirmières libérales dans le maintien à domicile ? » - Communiqué de presse du Sniil – 25/08/2020.
- « BSI – le Sniil dénonce l’amateurisme de l’Assurance Maladie » - Communiqué de presse du Sniil – 30/12/2019.