En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Paris, le 6 janvier 2021.- Hier, Olivier Véran a annoncé l’installation de « 600 centres de vaccination ouverts et accessibles pour la ville », ainsi que la possibilité « de réaliser la vaccination anti-Covid 19 sous la simple supervision générale d’un médecin, et non plus en sa présence ». L’objectif du Ministre est clair : « amplifier, accélérer, simplifier la stratégie vaccinale contre la Covid-19 » .... 

Prenant acte de la nouvelle teneur du discours gouvernemental, le Sniil (Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux) tient cependant à rappeler que :   

  • les 5 millions de personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile qui seront appelées à être vaccinées fin janvier 2021 ne sont pas toutes capables de se déplacer
  • le Conseil Scientifique et les membres du comité vaccin Covid-19 (dont faisait partie Alain Fischer, actuel M. Vaccination du gouvernement) préconisaient de réaliser la vaccination "au plus près des personnes concernées" afin de "réussir une campagne de vaccination pertinente, efficiente et avec un haut niveau d’acceptabilité "
  • à terme, le nombre total de personnes à vacciner contre la Covid-19 "en toute première priorité" [2] s’élève à plus de 30 millions… ce qui sera impossible à gérer au sein des seuls centres de vaccination.

Il est donc indispensable qu’en sus des mesures annoncées hier, le gouvernement ait le courage politique d’aller plus loin et autorise la vaccination contre la Covid-19 en toute autonomie par infirmière libérale.

En effet, à ce jour les 123 000 infirmières et infirmiers libéraux de métropole et des DOM :

  • ont toutes compétences à vacciner (reconstitution de produits, injection, traçabilité)
  • vaccinent déjà en toute autonomie contre la grippe les personnes âgées et les plus fragiles, permettant ainsi une augmentation régulière du taux de couverture vaccinal
  • sont formés à réagir en cas de choc anaphylactique et habilités à détenir une ampoule d’adrénaline[3] pour l’injecter sur simple prescription orale d’un médecin du Samu
  • demeurent les seuls professionnels de santé disponibles sur tout le territoire soumis à une continuité des soins 7j/7 et 24h/24 et se rendant chaque jour au domicile des patients
  • ont, selon le Haut Conseil de la Santé Publique[4], un impact plus élevé que celui du médecin traitant auprès des personnes âgées et fragiles pour faire accepter la vaccination
  • ont déjà montré leur capacité à se mobiliser pendant la crise sanitaire.

Depuis plusieurs mois, les autorités ont été alertées sur la nécessité de travailler à l’intégration des infirmières et infirmiers libéraux dans la stratégie vaccinale contre la Covid-19[5]. La concertation n’a commencé que trop tardivement. Aujourd’hui, il est temps de laisser agir les 123 000 vaccinateurs potentiels que sont les infirmiers libéraux.

Tous sont largement prêts à relever ce défi de santé publique.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] « Vaccins contre le Sars-Cov-2 : stratégie de vaccination », 09/07/2020

[2] In « Vaccins contre le Sars-Cov-2 : stratégie de vaccination » Population à risque d’exposition professionnelle (6,8 millions) ; personnes à risque du fait de leur âge ou de leur état de santé (23 millions) ; population en situation de précaire (250 000).

[3] Arrêté du 23 décembre 2013

[4] Cf.p. 61 du « Rapport sur la Vaccination des personnes âgées », mars 2016

[5] Cf. Communiqué de presse du Sniil du 14 septembre 2020