En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

Les sénateurs, réunis jeudi dernier dans le cadre de la Loi « Bachelot », n’ont pas voté les missions de premier recours pour les infirmières alors qu’ils les ont reconnues aux pharmaciens.

Le Sniil, déplore qu’une fois encore le sénat par la voix de son rapporteur Monsieur Milon, ait seulement gratifié les infirmières de l’ancestral dévouement.

La loi relative à l’Hôpital, aux patients, à la santé et aux territoires aurait pu ouvrir des perspectives pour l’avenir des infirmières.

Seul, le Sniil a fait porter ses amendements inscrivant les infirmières dans le premier recours jusqu’au Sénat.

Mais qui sont ‘ils donc ces Présidents de syndicats ? Ces hommes qui représentent une profession à 84 % féminine et qui s’opposent à leur émancipation en les privant de missions de premiers recours.

Dans leur acharnement à vouloir « surtout ne rien changer » ils ont brandi l’épouvantail du « touche pas à mon décret » quand le ministère a proposé d’inscrire dans le Code de la Santé Publique « des missions » pour les infirmières en juillet 2008. Trop absorbés à agiter le chiffon rouge, trop acharnés à garder leurs prérogatives qui nous renvoient aujourd’hui à « l’âge de pierre » : ils n’ont pas entrevu que « ces missions » étaient un préalable à l’élargissement de notre champ d’activités. A force de cultiver la peur du changement, jusqu’à la disparition de toute une profession, on cède la place aux seuls médecins et pharmaciens sur le terrain de la prévention, du dépistage, de l’éducation à la santé …

Le Sniil regrette, la vision passéiste et rétrograde qui préconise que les infirmières restent des exécutantes, des faiseuses d’actes, sans missions de santé publique. Le sniil regrette que les infirmières n’aient pas obtenu la juste reconnaissance de ce qu’elles font déjà chaque jour, en première ligne. Le Sniil continuera à œuvrer pour que les missions de premier recours soient inscrites dans une prochaine Loi.

Annick TOUBA