En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

Paris, 27 septembre 2018. – Les grandes lignes du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2019 dévoilées ce 25 septembre ne réservent aucune surprise. Comme d’habitude, les seules professions de santé citées par la Ministre de la Santé sont celles des médecins et pharmaciens, et ce, alors que les 104 000 infirmières libérales de France sont indispensables au système de santé et les plus proches de la population… !

Ainsi, on peut remarquer qu’en ce qui concerne la politique de prévention, la Ministre des Solidarités et de la Santé ne cite qu’une seule mesure, qualifiée d’ « emblématique » : la « généralisation de la vaccination contre la grippe chez le pharmacien contre la grippe ». Cette dernière, prévue dès la campagne 2019-2020, s’imposerait en raison du « résultat positif » de l’expérimentation 2017-2018… Or, on remarque que cette conclusion est en contradiction avec celle du rapport1 de la Haute Autorité de Santé indiquant qu’ « il n’a pas été constaté d’évolution significative de la couverture vaccinale dans les 2 régions expérimentatrices »… bien que le coût total de l’expérimentation s’élevait à environ 1,4M€ ! Mieux même, la HAS soulignait plutôt le bien-fondé de la vaccination par infirmière, avec une évolution du taux de personnes vaccinées par infirmière de +4,9% au niveau national par rapport à la saison 2016-2017… et même +8,2% dans les régions non-concernées par l’expérimentation !


Pour le reste, ce PLFSS 2019 confirme qu’une partie de l’ « effort financier significatif de 5Mds€ » consenti pour l’augmentation de l’Ondam 20192 reviendra principalement aux médecins pour le « recrutement d’assistants médicaux »… Heureusement, une autre partie sera consacrée à la montée en puissance de l’exercice coordonné, apparemment seul moyen d’exister pour les autres professionnels de santé libéraux aux yeux de la Ministre ! Le Sniil prend également acte d’une autre mesure importante de ce PLFSS 2019 : l’effort particulier réalisé en direction de la population Mahoraise, dont l’état sanitaire dépend en grande partie de la seule mobilisation des infirmières et infirmiers libéraux.


Le Sniil constate aussi qu’une fois de plus, le PLFSS n’aborde pas le sujet de la protection maternité des infirmières libérales. Ainsi, alors que le Président de la République s’était engagé pendant la campagne électorale à la convergence des règles en matière de congé maternité, force est de constater que l’avantage supplémentaire maternité qui a été accordé aux femmes médecins libérales par le PLFSS 2017 n’a toujours pas été attribué aux infirmières libérales dans ce PLFSS 2019. En France, aujourd’hui, la maternité n’a donc toujours pas la même valeur selon la profession de la future mère !


Enfin, le Sniil salue le retour annoncé à l’excédent de la Sécurité Sociale de près de 700M€. Cette situation crée ainsi des conditions favorables pour permettre le financement des mesures proposées depuis plus d’un an par l’ensemble des syndicats infirmiers libéraux, mesures réellement innovantes et porteuses, à court terme, d’économies. Reste, seulement, à ce que la Ministre des Solidarités et de la Santé s’y intéresse et en ait le courage politique…


1 In « Recommandation vaccinale – extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination – Service évaluation économique et santé publique », p. 33 – juillet 2018
2 Ondam : Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie

 

 

 

 

Découvrez l'INFCI: Institut National de Formation Continue des Infirmières

APEI