En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :
Paris, le 25 juin 2018

Madame la Ministre…

Dans un Tweet du 5 octobre 2017…

Vous avez fixé un objectif ambitieux pour la chirurgie ambulatoire : « Aujourd’hui, 43% séjours à l’hôpital et 54% des actes de chirurgie se font en ambulatoire. Objectif 2022 : médecine ambulatoire 55%,  chirurgie 70% »

Mais comment comptez-vous l’atteindre si l’Assurance Maladie retarde le dispositif qui pourrait le permettre ?

Proposition Assurance Maladie, 14 juin 2018 aux syndicats infirmiers libéraux : « Séances de surveillance clinique et d’accompagnement postopératoire par infirmière à domicile, 3 séance au plus en 6 jours »

Entrée en vigueur… mars 2020 !!

 

Dans votre discours du 22 mars 2018 pour la Journée du bon usage du médicament…

Vous avez déclaré : «  la iatrogénie médicamenteuse constitue un enjeu majeur de santé publique responsable d’environ 7500 décès par an. Elle touche en particulier les personnes âgées, souvent atteintes de maladies chroniques et polymédiquées ».

Alors pourquoi l’Assurance Maladie veut-elle attendre 2020 pour la mise en place d’une mesure évitant l’hospitalisation de personnes âgées victimes de iatrogénie médicamenteuse ?

Proposition Assurance Maladie, 14 juin 2018 aux syndicats infirmiers libéraux : « Evaluation clinique infirmière de la prise médicamenteuse des patients présentant des critères de fragilité en lien avec le médecin »

Entrée en vigueur… janvier 2020 !!

 

Dans votre discours du 1er septembre 2017 sur le nouveau système de santé…

Vous avez déclaré : « Chaque année la collectivité augmente les ressources allouées au système de santé. Cette augmentation ne couvre toutefois pas la hausse naturelle et mécanique des dépenses de santé. Les solutions aux défis qui se posent à nous reposent donc dans notre intelligence collective, dans notre capacité à inventer des organisations nouvelles. »

Pourtant, l’Assurance Maladie n’accepte aucune proposition innovante des syndicats infirmiers libéraux en matière de suivi de pathologies chroniques, réajustement ponctuel de traitement pour malade chronique, ou encore permanence des soins… Pourquoi ?

 

Les infirmières et infirmiers libéraux, professionnels de santé les plus proches de la population française, sont prêts à tenir leur rang dans la Stratégie Nationale de Santé.

Conscients de leurs compétences, ils ont fait des propositions qui pourraient parfaitement vous aider à remplir vos objectifs tout en étant génératrices d’économies.

 

Encore faut-il leur donner la possibilité de le faire… et reconnaître leur juste valeur !

 

 

Comme vous le dites : « L’heure n’est plus au double discours » [1]. Alors ?

 

[1] Déclaration de Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, La Baule le 1er septembre 2017.

 

 

Catherine Kirnidis, Présidente Nationale Sniil

Découvrez l'INFCI: Institut National de Formation Continue des Infirmières

APEI