En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Après la hausse des prix des Équipements de Protection Individuelle (EPI) dont l’impact n’est pas négligeable pour les IDELS, maintenant ce sont ceux des carburants et des énergies qui grèvent encore plus les budgets de fonctionnement des cabinets infirmiers ! Les annonces gouvernementales pour lutter contre l’inflation sont un geste, notamment pour la population générale, mais aucune mesure compensatoire n’est envisagée pour les professionnels libéraux.

Des mesures en demi-teinte 

Pour limiter les effets de ces augmentations, le Gouvernement a annoncé le versement d’une « prime inflation » de 100 € pour tous les Français touchant moins de 2000 € nets par mois. Cette prime ne concerne pas les professionnels de santé libéraux dont le véhicule est pourtant un outil indispensable.

Les pouvoirs publics souhaitent accélérer le virage ambulatoire mais ne donnent pas les moyens suffisants pour soutenir la profession qui doit se déplacer quotidiennement, pour couvrir les besoins en soins des populations les plus isolées, certains IDELS parcourant plus de 40 000 kms par an pour prendre en charge leurs patients.

« Aller-vers » un accompagnement dans la transition

Afin d’éviter une sélectivité des patients notamment par le refus de prendre en charge les plus isolés, des solutions doivent être apportées aux IDELS non seulement pour faire face, sur le court terme à l’inflation mais aussi sur le long terme pour les accompagner à la transition écologique. Rien ne sert de faire croire à des propositions inenvisageables, le Sniil préfère se concentrer sur des demandes réalistes et responsables, telles que la mise en place de :  

  • « chèques inflation » pour les infirmières et infirmiers libéraux. Ce système compensatoire permet d’apporter une solution rapide à la hausse des prix des carburants tout en prenant en compte le surcoût lié aux EPI ;
  • bonus écologique propre aux professionnels de santé qui parcourent énormément de kilomètres tous les ans, afin de moderniser les véhicules. Les IDELS doivent être accompagnés financièrement pour favoriser les équipements électriques de tous types (vélos, 2 roues, voitures).

Ces propositions concrètes doivent être saisies par les pouvoirs publics. Le Sniil a adressé un courrier à la ministre de la Transition Ecologique, afin que le Ministère prenne conscience des réalités de terrain et agissent pour soutenir la profession.