En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Le 18 octobre, les représentants de la profession d’infirmière libérale, dont le Sniil, ont été reçus par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Depuis sa prise de fonction en février 2020, c’est la première fois que le Ministre recevait les représentants des infirmiers libéraux. Ce rendez-vous, demandé depuis plusieurs mois par le Sniil, avait pour objectif d’aborder l’avenir et les perspectives d’évolution de la profession. Les attentes étaient donc grandes… A l’issue de l’entretien, la déception du Sniil l’est tout autant face à un Ministre, ânonnant le même discours politique et prônant une vision figée du système de santé.

Une vision du système de santé qui ne change pas malgré la crise Covid

Lors de cet entretien, le Sniil a rappelé que les infirmières et infirmiers libéraux ont été particulièrement moteurs dans la gestion de la pandémie de Covid-19, en ayant assuré les soins des patients tout au long de la crise et des phases de confinement. La profession a même été la seule à se rendre au domicile lors du premier confinement.

Pour autant, depuis ces dernières semaines, le Gouvernement annonce des choix politiques qui ne tiennent pas compte de cette « nouvelle donne », c’est-à-dire l’importance de notre profession dans la prise en charge des patients. Ces choix politiques manquent totalement de cohérence pour prendre le « virage ambulatoire »…[1]

Pendant ce rendez-vous, le Ministre a surtout rappelé les axes du plan « Ma Santé 2022 », lancé en septembre 2019, soit l’exercice coordonné et les expérimentations sur les territoires. Soit… Le Sniil a toujours convenu de l’importance de ces expérimentations et a toujours incité les IDELS dans cette voie… Seulement, une crise sanitaire est passée par là entre temps… Comment le Ministre ne peut-il pas prendre ces bouleversements en compte ?

Malgré le manque d’intérêt et d’écoute, le Sniil ne lâche rien…

Lors de cet entretien, le Sniil a développé et défendu la place de la profession dans le système de santé. Le Sniil a rappelé que le métier connait progressivement un émiettement des compétences au détriment d’autres professions, ou de modalités d’exercice soutenus par les pouvoirs publics.

Depuis plusieurs mois, le Sniil alerte également sur une autre catastrophe sanitaire annoncée auprès des pouvoirs publics : l’accélération de la désertification médicale. Les IDELS, forts de leur maillage territorial, sont les professionnels de santé les plus accessibles à domicile et sont appelés régulièrement en renfort dans les établissements médico-sociaux, dont les EHPAD. [2]

Le Sniil a également été force de propositions sur la question du développement des compétences de la profession, notamment pour le suivi des pathologies chroniques, les compétences dans la prévention et l’éducation à la santé des publics, ou encore la question de l’infirmier référent.

Ces propositions ne peuvent cependant être développées sans le soutien des pouvoirs publics… Le Sniil déplore que le Ministre n’ait pu saisir l’urgence de faire évoluer notre système de santé, sans associer les IDELS.

Le Sniil continuera de défendre l’exercice libéral sous toutes ses formes, d’amener les professionnels du terrain à envisager l’exercice de demain en déployant de nouvelles compétences et ne cessera de mettre en lumière le rôle primordial des IDELS dans le système de santé de demain.

 


[1] PLFSS 2022 : virage domiciliaire… mais où sont les infirmières libérales ? – communiqué de presse du Sniil – 11/10/2021

[2] « Système de Santé en ruralité : le Sniil s’associe pour alerter et trouver des solutions » - article du Sniil – 24/09/2021