En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

Paris, 7 octobre 2019.- Lors de son discours de politique générale à l’Assemblée Nationale du 12 juin, le Premier ministre a indiqué vouloir présenter un projet de loi de réforme du grand âge et de l’autonomie avant la fin de l’année 2019. A cet effet, Mme Myriam El Khomri s’est vue confier le 3 juillet 2019 une mission sur les métiers du grand âge. L’un des buts assignés est de mener « un travail de fond sur la polyvalence des formations et des compétences, pour renforcer l’attractivité des métiers et mieux répondre aux besoins des personnes en perte d’autonomie ».

Alors que le rapport de cette mission est attendu pour ce mois d’octobre, le Sniil, syndicat représentatif infirmier libéral, s’étonne de ce que Mme El Khomri n’ait pas encore jugé bon de recevoir la profession infirmière libérale. Et ce, alors que les 116 800 infirmières et infirmières libéraux de France :

  • prennent en soin pour 99% d’entre eux une personne âgée dépendante au moins par an
  • sont les seuls professionnels de santé pratiquant au domicile, 7 jours sur 7, à la fois le « Cure » (soins pour la guérison) ET le « Care » (prendre soin de la personne)
  • participent à des expérimentations de repérage et de diagnostic de la fragilité de la personne âgée (PAERPA[i] ou article 51 loi HPST[ii]) dont les premiers bilans sont très positifs : baisse de prescriptions inappropriées (-9% en Nord-Pas de Calais), moindre recours aux urgences (-23% en Lorraine), moindre taux d’hospitalisations non programmées (-15% en Bourgogne)
  • assurent la coordination et l’accompagnement global de la personne âgée dépendante, y compris lors de la fin de vie (lien avec la famille, le médecin traitant, les autres professionnels de santé ou sociaux)
  • œuvrent, chaque jour, auprès des personnes âgées dépendantes en compagnie des aides-soignantes et auxiliaires de vie de SSIAD ou services à domicile.

 

Au vu du souhait de 90% des Français de rester à domicile au crépuscule de leur vie, et de l’objectif du gouvernement de maintenir à domicile les personnes âgées, il est donc logique et utile que Mme El Khomri rencontre les syndicats infirmiers libéraux avant de rédiger son rapport.

 

Aussi, le Sniil, Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux, a demandé à être reçu le plus rapidement possible par Mme Myriam El Khomri afin de lui rappeler la place prépondérante des infirmières et infirmiers libéraux dans le maintien à domicile et l’expertise qui est la leur en matière de dépendance.


[i] 18 territoires ayant mis en place les expérimentation PAERPA (Personnes Agées en Risque de Perte d’Autonomie),

[ii] Occitanie où l’ARS a autorisé, après accord de la Haute Autorité de Santé, la mise en place d’un protocole de coopération avec délégation d’actes (art. 51 loi HPST) concernant l’ « intervention d’infirmières libérales à domicile afin de diagnostiquer et d’initier les prises en charge de la fragilité du sujet âgé ».