En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

Paris, 12 juillet 2019.- Une nouvelle réunion de travail sur la réingénierie de la profession d’aide-soignante a lieu ce 12 juillet 2019 au Ministère de la Santé… sans que le moindre représentant de la profession infirmière n’y ait été invité.

Déjà exclus des trois premières séances de travail, les infirmières et infirmiers se trouvent donc, de nouveau, écartés délibérément de ces travaux alors que :


• le Ministère prévoit le transfert de 27 actes infirmiers vers les aides-soignants
• les aides-soignants ne disposent à l’heure actuelle d’aucun rôle propre ni autonomie, oeuvrant uniquement sur délégation d’une infirmière
• certaines organisations infirmières, dont le Sniil, ont déjà fait savoir qu’ils n’étaient pas opposés à une réorganisation du système de santé, mais qu’ils exigeaient que les infirmières bénéficient AUSSI d’une évolution de leurs compétences (ce qui n’est actuellement pas le cas, hormis les fameux IPA qui ne représenteront, à terme, qu’à peine 1,2% de la population infirmière !)


… et surtout, alors que le Ministère avait promis lors de la dernière réunion du 24 juin 2019 que les représentants de la profession infirmière seraient désormais systématiquement associés à ces travaux.


Révolté de tant de mépris pour les 600 000 infirmières et infirmiers de France et s’inquiétant pour la sécurité des soins et des patients, le Sniil dénonce donc avec force l’hypocrisie et la mauvaise foi du Ministère. Se targuant sans cesse d’être à l’écoute des professionnels de santé, Mme Buzyn montre aujourd’hui son vrai visage : celui d’une Ministre incapable d’un dialogue franc et ouvert et qui, de plus, se moque totalement des professionnels de santé les plus nombreux de France.


Face à cette situation, le Sniil appelle donc l’ensemble des organisations infirmières à se retrouver pour décider d’une action d’ensemble.