Infirmière libérale : avancée réelle sur les revenus... et manipulation honteuse sur les prises de sang

Paris, 14 avril 2011. - Par leur vote de ce 13 avril au soir1 , les députés ont permis une réelle avancée au niveau des revenus des infirmières libérales, annulant, enfin !, le différentiel de charges sociales qui existait selon leur lieu d'intervention (domicile ou structures de type Hospitalisation à Domicile ou Service de Soins Infirmiers à Domicile 2). Le Sniil, syndicat infirmier libéral qui avait fait de ce combat l'une de ses priorités 3, se félicite donc de ce progrès.

Levée du risque de l'interdiction d'effectuer des prélèvements sanguins au sein des cabinets infirmiers libéraux : quand le Sniil est récompensé de ses actions !

Paris, le 11 février 2011. – Ce mercredi 9 février, à l'Assemblée Nationale, les députés ont purement et simplement annulé l'Ordonnance du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale. Cette dernière, rappelons-le, avait des conséquences importantes pour linfirmières libérales : obligation pour chacune d'elle de signer des conventions avec les laboratoires d'analyses avant de pouvoir effectuer des prélèvements sanguins ;
mais aussi, et surtout, suite au décret en Conseil d'Etat qui était en cours de rédaction, interdiction de pouvoir réaliser des prélèvements sanguins au sein de leur propre cabinet.

Résultats des élections des Unions Régionales des Professionnels de Santé libéraux (URPS)

COMMUNIQUE DE PRESSE

Résultats des élections des Unions Régionales des Professionnels de Santé libéraux (URPS)
Les premières élections des unions régionales des professionnels de santé (URPS) ont eu lieu le 16 décembre dernier par vote par correspondance.

Le taux de participation a été le suivant :

· Chirurgiens-dentistes : 45,57 %
· Infirmiers : 24,05 %
· Masseurs-kinésithérapeutes : 28,18 %
· Pharmaciens : 61,47 %.

Mission Hénart/Berland/Cadet relative aux « métiers en santé de niveau intermédiaire » : le Sniil salue un rapport équilibré et prometteur

conf-presse-rapport-hnartParis, 8 février 2011. - Préconisant la création de nouvelles professions de « praticiens paramédicaux » directement inspirées des expériences étrangères (Canada, Etats-Unis, Irlande, Australie...), la Mission relative « aux métiers en santé de niveau intermédiaire » conduite par M. Hénart vient de remettre son rapport aux Ministres de la Santé et de l'Enseignement Supérieur.

Elections URPS :Tendance très favorable pour le Sniil

Détenant 122 sièges sur les 336 que comptent au total l'ensemble des URPS de France, le Sniil est d'ores et déjà assuré de sa victoire dans 11 régions sur 26 (Aquitaine, Centre, Corse, Lorraine, Midi-Pyrénées, Haute-Normandie, Pays de Loire, Rhône-Alpes, Ile de France, Martinique, Guyane), avec même la majorité absolue dans 4 d'entre elles (Lorraine, Midi-Pyrénées, Pays de Loire et Martinique).

Reste que les résultats de cette première élection aux URPS sont aussi importants au niveau national, donnant, enfin !, l'occasion de déterminer réellement l'importance de chacun des quatre syndicats en lice. Pour ce faire, une observation très attentive du nombre total de voix obtenues au niveau national par chacun d'eux sera nécessaire.

Déjà certain de passer la barre des 30% de suffrages exprimés au niveau national, permettant de pouvoir négocier et signer la prochaine Convention Nationale, le Sniil semble être, sur ce point, en tendance très favorable. Fidèle, toutefois, à sa ligne de conduite et à son éthique, le Sniil attendra les résultats définitifs communiqués par les ARS et le Ministère de la Santé, faisant seuls force de loi.

Élections URPS infirmière : une stratégie Fni-Onsil-CI honteuse et... prévisible

Ainsi que le Sniil l'avait malheureusement envisagé1 , la Fni, l'Onsil et CI viennent de conclure un accord cadre national portant sur les votes aux bureaux des URPS (Unions Régionales des Professions de Santé) Infirmière.

Dans les faits, cet accord-cadre empêchera le Sniil d'appliquer le programme pour lequel il a été élu de façon majoritaire dans 8 régions. Et ce, alors que le Sniil est également devenu, grâce aux suffrages obtenus au niveau national, le premier syndicat infirmier libéral de France. Pire : cet accord-cadre permettra à des syndicats largement minoritaires tels Convergence Infirmière (17,9 % des suffrages au niveau national) ou l'Onsil (11%) d'occuper la présidence ou la vice-présidence des URPS dans la plupart des régions de France. Une prise de pouvoir incroyable permise uniquement par la complicité de la Fni, amère d'avoir perdu son statut autoproclamé de première organisation syndicale infirmière.

Elections URPS : Les résultats définitifs ne seront pas connus avant le 23 décembre

Depuis ce matin, le dépouillement des élections URPS Infirmiers se déroulent dans toutes les Agences Régionales de Santé. Toutes ? Non. Puisque le dépouillement en région Basse-Normandie se déroulera le 23 décembre en raison de condition météo très défavorables qui empêchent l'acheminement correct des enveloppes-retours. Tandis qu'en Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées, le dépouillement se terminera demain, 22 décembre, toujours en raison d'un acheminement cahotique des enveloppes-retour. À l'heure actuelle (21h le 21 décembre), seuls les résultats de 13 régions sont donc connus.

Elections URPS : Le Sniil, premier syndicat infirmier libéral de France !

Avec 35,9% des voix obtenues au niveau national contre 35,2% pour la Fni, 17,9% pour CI et 11% pour l'Onsil, le Sniil devient officiellement le premier syndicat infirmier libéral français. Un cheminement qui n'a pu être réalisé que grâce à la mobilisation de ses cadres et adhérents, mais aussi, et surtout, à la confiance des infirmières et infirmiers libéraux qui ont voté pour lui.

Elections URPS : 7 nouvelles raisons de VOTER Sniil dès maintenant...

1. Le Sniil est le seul syndicat à ne jamais avoir dévalorisé l'exercice infirmier libéral. A l'inverse, l'Onsil a crée la lettre clef AIS, beaucoup moins rémunérée que l'AMI ; Convergence Infirmière a signé l'avenant n°7, majorant les cotisations Urssaf lors des interventions en SSIAD, HAD ou centres de dialyses (9,80% contre 0,10%) ; tandis que la Fni a inventé des moyens de coercition contre les Idels tels les quotas ou encore les Temps Minimum Requis (TMR) qui restent toujours la base des contrôles de sécu envers les infirmières...