Suppression de l'obligation d'adhérer aux Ordres :

le Sniil s'étonne et s'inquiète...

Dans une lettre adressée à la CGT Santé-Action sociale et transmise à l'AFP ce lundi, la Ministre des Affaires Sociales Marisol Touraine s'est exprimée en faveur d'un engagement rapide de «modifications législatives sur l'obligation d'adhérer aux ordres professionnels».


Poursuites contre infirmières libérales : le Sniil demande officiellement des précisions

Bouches-du-Rhône, Hautes-Pyrénées, Var, Haute-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Loire, Dordogne, Seine St Denis… Dans de nombreuses régions de France, les infirmières et infirmiers libéraux sont montrés du doigt et accusés par les Caisses Primaires d’Assurance Maladie de fraude. Face à cette véritable chasse aux sorcières, et à la veille de la Commission Paritaire Nationale, le Sniil demande au Ministère de la Santé et à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie de préciser officiellement leur position sur les questions suivantes :

· Le Ministère et la Caisse d’Assurance Maladie reconnaissent-ils encore la compétence pleine et entière de l’infirmière libérale et notamment son rôle propre défini dans le Code de la Santé Publique et qui intègre plus de 40 actes, tous inclus dans la cotation « AIS » ?

Refus de paiement des nouvelles majorations aux infirmières libérales : quand HAD et SSIAD rompent unilatéralement les accords signés....

Paris, 28 juin 2012. - Depuis un mois, l'avenant n°3 à la Convention négociée entre syndicats infirmiers libéraux et Assurance Maladie permet aux infirmières libérales (Idels) d'appliquer deux majorations tarifaires : l'une (MAU) s'applique aux actes uniques côtés AMI1 ou AMI1,5 (prélèvements sanguins, injections, distribution de médicaments...) ; tandis que l'autre (MCI) concerne la coordination de la prise en charge des patients en soins palliatifs, ou nécessitant des pansements lourds ou complexes.

Or, depuis quelques temps, le Sniil (Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux) est averti par ses cadres et adhérents que des structures de type SSIAD ou HAD (1) refusent de payer ces nouvelles majorations.

Suivi des patients psy à domicile :

quand la prise d'otages de Toulouse est révélatrice...

Paris, le 25 juin 2012.- Voici quelques jours, une prise d'otages se déroulait à Toulouse. Alors que son issue en fut, par bonheur, heureuse, on a appris que le jeune homme de 26 ans qui en a été l'auteur serait, de source proche du dossier, « suivi pour un trouble psychiatrique et était en rupture de soins depuis plusieurs mois » .

Avec ce fait divers, se pose donc de nouveau, et de façon cruciale, la question du suivi des patients psychiatriques à domicile. Un sujet que les infirmières et infirmiers libéraux connaissent bien puisque le pratiquant chaque jour... mais qui, jusqu'à présent, ne fait l'objet d'aucune mesure particulière.

Le Sniil, Syndicat National des infirmières et Infirmiers Libéraux, qui a mis ce dossier au cœur de ses préoccupations depuis plus de deux ans maintenant, regrette cet attentisme. Et demande, de nouveau, à ce que le dossier de la prise en charge et du suivi des patients psychiatriques à domicile fasse rapidement l'objet de négociations avec les pouvoirs publics et l'Assurance Maladie.

Taxation des feuilles de soin papier : quand les infirmières libérales risquent d'être les plus pénalisées...

Suite à la promulgation en août dernier de la loi Fourcade, le Sniil vient d'interpeller le Directeur Général de l'Uncam sur la question de la taxation des feuilles de soin papier1. En effet, selon l'article 11 de cette nouvelle Loi, le Directeur Général de l'Uncam pourra décider seul, dès le 30 septembre prochain, de la sanction conventionnelle qui sera appliquée aux infirmières libérales n'assurant pas « la transmission électronique des documents »... à moins qu'un accord préalable n'ait été trouvé entre Uncam et syndicats infirmiers libéraux représentatifs.

Quand l’Ordre Infirmier maintient le cap… et que d’autres cherchent à le couler!

lettre_ouverte Paris, 12 septembre 2011. - « Ordre infirmier 2 ou le masque de Zorro », « la Grande désillusion » et même « Infirmières libérales : un seul d'ordre ne cotisez plus ! » : par leurs nouvelles prises de position respectives, la Fni, l'Onsil et Convergence Infirmière se dévoilent enfin. Laissant tomber sans vergogne un Ordre Infirmier, dont la situation reste alarmante, mais qui maintient le cap vers sa reconstruction.

Ordre Infirmier : Infirmières, souvenez-vous !

Paris, le 30 avril 2012. - En ce 27 avril 2012, la Fni et son président ont eu le culot de publier un communiqué de presse intitulé « Infirmières, n'ayez pas peur ! » qui n'hésite pas à clouer une nouvelle fois l'Ordre National des Infirmiers au pilori.

N'ayant pas la mémoire courte et n'étant pas dupe d'une manœuvre visant à saborder une institution qui, certes, a commis des maladresses, mais reste la structure de rassemblement et de promotion de la première profession de santé de France, le Sniil tient à rappeler :

Lettre du Sniil au Président de la République

Objet : Ordre Infirmier et atteinte au droit constitutionnel

Monsieur le Président de la République,

Le 27 décembre 2006 paraissait au Journal Officiel une nouvelle Loi : la n°2006-1668 portant création d'un Ordre Infirmier.

Cinq ans après la promulgation de ce texte, la situation de cette instance est plus qu'alarmante : l'Ordre Infirmier, de par une gestion hasardeuse et des erreurs de communication, est en très mauvaise posture. Soucieux de sa sauvegarde, de nombreux infirmières et infirmiers agissent en faisant appel à vous, à leurs parlementaires, ou se regroupant, par exemple, au sein d'un comité de soutien.