Paris, le 18 septembre 2015. - Le Sniil prend acte de la décision du Ministère de la Santé de reporter les élections aux Unions Régionales de Professions de Santé Infirmières (URPS).
Prévues initialement en décembre prochain, ces dernières devraient désormais se dérouler mi-avril 2016. En cause : l’écart significatif existant entre les listes d’électeurs provenant de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, et celles de l’Ordre National Infirmier qui pourrait engendrer un risque d’invalidation des résultatset une appréciation erronée de la représentativité nationale des syndicats.
Comprenant la position des pouvoirs publics, qui tendent à vouloir appliquer aux infirmières libérales les mêmes règles qu’à tous les autres professionnels de santé libéraux, le Sniil attend désormais les nouvelles dispositions du scrutin.  
Pour autant, le Sniil déplore une situation qui n’aurait jamais dû se produire. Et qui, d’ailleurs, ne serait pas survenue si les trois autres syndicats infirmiers libéraux n’avaient pas été aussi irresponsables. En effet, en adoptant le comportement anti-Ordre que l’on connaît depuis 2011, la Fni, l’Onsil et CI ont poussé des infirmières libérales à ne pas s’inscrire auprès de cette institution : ce qui a incité les professionnelles à exercer de façon illégale…  et qui pénalise aujourd’hui la profession dans son ensemble puisqu’oblige aux report d’élections importantes.
Ayant toujours soutenu l’Ordre Infirmier malgré l’existence de vraies divergences, le Sniil attend doncavec curiosité le discours que devront tenir aujourd’hui les trois autres syndicats infirmiers libéraux. Car l’inscription à l’Ordre sera, comme pour tous les autres professionnels de santé, une condition obligatoire pour pouvoir être électeur, et donc, éligible aux URPS… Comment, alors, la Fni, l’Onsil et CI vont-ils convaincre leurs futurs candidats de s’inscrire à l’Ordre ? Et qui accuseront-ils de leur propre irresponsabilité ? Mais parions que les infirmières libérales ne seront pas dupes : n’oubliant pas qu’en 2008, la moitié des conseillers nationaux ordinaux libéraux provenaient des seuls rangs de la Fni. Et que ces derniers votèrent comme un seul homme toutes les décisions qui amenèrent l’Ordre à un déficit de 5,2M€….
Enfin, le Sniil demande aux pouvoirs publics que l’obligation d’inscription à l’Ordre Infirmier, mise en application pour les libéraux par cette décision, soit étendue aux salariés comme la loi le prévoit…