Paris, 31 juillet 2017.- Lors de ses différentes interventions devant l’Assemblée Nationale et le Sénat, Mme la Ministre des Solidarités et de la Santé a indiqué que certaines mesures concernant notamment la prévention et l’accès aux soins seront dévoilées en septembre 2017, afin d’être applicables en 2018.

Le Sniil, syndicat représentatif infirmier libéral, s’étonne de ce discours, rappelant qu’à cette heure, Mme Agnès Buzyn n’a toujours pas accordé audience à une organisation syndicale infirmière libérale. Et ce, alors que les 87 400 infirmières et infirmiers libéraux de France :

  • prodiguent des soins à 11 millions de personnes (soit 17% de la population) et à 90% directement au domicile des patients (contre 10% pour les médecins généralistes)[1]
  • sont les professionnels de santé libéraux les plus nombreux, les plus accessibles pour la population[2] et les seuls soumis de par la Loi à une continuité des soins 24h/24h
  • ont déjà pris en charge pour 99% d’entre eux des personnes âgées dépendantes, pour 98% des malades chroniques et pour 93% des patients atteints d’une pathologie psychiatriques[3]
  • ont toute compétence, de part la Loi, à réaliser des actions de prévention, dépistage, formation et éducation à la santé[4]
  • et, enfin, disposent d’Unions Régionales de Professions de Santé (URPS), dont certaines ont lancé des expérimentations en matière de vaccination, prévention, dépistage, action de santé publiques ou parcours de soin.

Au vu de la méthode que Mme la Ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé vouloir suivre (« s’appuyer sur l’ensemble des professionnels de santé, procéder à des expérimentations, partir des besoins individuels et territoriaux… »), ainsi que de ses objectifs prioritaires (« maintien à domicile des personnes âgées, prévention, accès aux soins, santé mentale, vaccination… »), il serait donc logique et utile que Mme Buzyn rencontre les syndicats infirmiers libéraux avant de prendre toute décision.

Aussi, le Sniil, Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux, demande à être reçu le plus rapidement possible par Mme la Ministre des Solidarités et de la Santé afin de lui proposer des pistes innovantes permettant de meilleurs accès aux soins et réponse aux besoins de la dépendance dans une vraie soutenabilité financière.

Ayant déjà été négligés et laissés pour compte pendant tout le mandat de Mme Touraine, les 87 400 infirmières et infirmiers libéraux espèrent que Mme Agnès Buzyn osera dépasser les « cloisonnements institutionnels » qu’elle dénonce elle-même. Et qu’elle consacrera autant de temps à rencontrer et écouter les infirmières libérales que les médecins généralistes.

[1] Source : Assurance Maladie, DCIR – tous régimes – France entière – libéraux exclusifs

[2] Source : Data Drees, 2016

[3] Sources : Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice des infirmiers libéraux des Pays de la Loire 2015 URPS infirmiers libéraux Pays de la Loire / ORS Pays de la Loire ET/OU Enquête générale, profession d’infirmier libéral en Haute-Normandie 2013, URPS Infirmiers Haute-Normandie/ARS

[4] Art. R4311-1 du Code de la Santé Publique