Paris, 11 mai 2017.- Journée internationale des Infirmières, le 12 mai est, depuis 1965, un événement annuel mondial consacré à la promotion de l’art infirmier. En France, ce 12 mai 2017 prendra une couleur particulière : il sera l’occasion pour les 100 000 infirmières et infirmiers libéraux français d’interpeller directement pour la toute première fois leur nouveau Président de la République, M. Emmanuel Macron.

Le Sniil, syndicat représentatif infirmier libéral, invite, en effet, ce vendredi toutes les infirmières et infirmiers libéraux de métropole et d’Outre-Mer à participer à une opération d’envergure. Il s’agira pour chacune et chacun :
d’apposer sur son caducée un bandeau appelant le nouveau Président à les écouter
mais aussi d’inonder les réseaux sociaux et boîtes mails de cette même revendication.

Cette action, symbolique, est destinée à créer le buzz sur la Toile comme dans le plus petit village de France. Pour y participer, rien de plus simple : une simple impression de document et un seul clic sur le Net suffiront. Tout le  matériel nécessaire est mis à disposition gratuitement sur le site sniil.fr.
 
Visant à attirer l’attention du nouveau Président de la République sur la profession de santé libérale la plus nombreuse et la plus accessible de France, mais aussi la seule à être soumise à une continuité des soins 24h/24h, l’opération « M. Macron : écoutez les infirmières libérales ! » vient compléter le travail que le Sniil a initié depuis le début de l’élection présidentielle. Une contribution avait ainsi été envoyée à tous les candidats : elle se concluait par 19 propositions « pour un meilleur équilibre efficacité/coût pour l’Assurance Maladie tout en renforçant l’accès aux soins pour tous ».

Rappelons que pour le Sniil, les 5 mesures prioritaires à prendre rapidement pour atteindre cet objectif sont :
Réviser le décret de compétences infirmières
Impliquer les infirmières liberales dans la prévention
Créer la notion d’infirmière référente
Faire de l’infirmière libérale le pivot de la sortie d’hôpital
Prise en compte de la pénibilité et du burn-out